Roberto Perazzone et Étienne-Irénée Brun

Experts
Tableaux - Dessins - Sculptures
Moderne et Contemporain

Vente le 11 octobre, Hôtel des ventes de Mayenne. Me Pascal Blouet

Bel ensemble de 9 oeuvres

Gustave Buchet 1888-1963

Gustave BUCHET Peintre suisse (Étoy 1888 – Lausanne 1963).
Gustave Buchet est l’un des premiers peintres abstraits suisses.
Il a effectué ses études à Genève, puis a séjourné à Paris de 1916 à 1917, où il a fréquenté l’atelier de la Grande Chaumière. Il rencontre Zadkine à cette époque.
Il a sa première exposition à Genève en 1919.
Après avoir fait connaissance de Marinetti et du sculpteur Archipenko, il est de nouveau à Paris en 1920, où il résidera jusqu’en 1940.
Il est influencé par le Cubisme et le Futurisme, comme le montre son tableau l’Avion (1923, Winterthur, Kunstmuseum).
Marqué par le Purisme à partir de 1925, il se tourne vers l’abstraction : ses œuvres sont alors composées de surfaces de couleurs vives, de formes géométriques simples, disposées dans des compositions fondées sur l’horizontale et la verticale : il participe à l’exposition ” L’art d’aujourd’hui ” à Paris en 1925, pour laquelle il réalise la couverture du catalogue et l’affiche.
À partir de 1929, Gustave Buchet retournera à la peinture figurative.
Larousse : dictionnaire de la peinture.

Voiliers au port
Crayon noir et estompe, signé en bas à droite.
Carton insolé, rousseurs, tache d’humidité angle inférieur.
50,5 x 36,5 cm (à vue)

____________________________________________________________________________________________________________________
Portrait de jeune femme de face
Crayon noir et estompe, signé en bas à droite.
Papier insolé, rousseurs, pliures, déchirures en bordures
et manques au papier en bordures.
52,5 x 38 cm

____________________________________________________________________________________________________________________

Village méditerranéen aux deux palmiers
Aquarelle signée en bas à droite.
Papier insolé.
34 x 25,5 cm (à vue)

____________________________________________________________________________________________________________________
Retour de fenaison
Aquarelle.
Taches en haut, papier insolé.
37 x 25,5 cm (à vue)

____________________________________________________________________________________________________________________
Maisons dans un paysage
Aquarelle signée en bas à droite.
Papier insolé.
25 x 33,5 cm (à vue)

____________________________________________________________________________________________________________________

Ville, 1920
Toile signée en bas à droite et datée.
82 x 60 cm

____________________________________________________________________________________________________________________
Vaches devant des maisons et arbres, 1929
Toile signée en bas à droite et datée.
54,5 x 65 cm

____________________________________________________________________________________________________________________
Nature morte à la cruche, 1928
Toile signée en bas à droite et datée.
Petits frottages.
54 x 65 cm

____________________________________________________________________________________________________________________

Nu couché, au fond : maisons dans les arbres
Toile signée en bas à droite.
Au dos, sur une étiquette, à l’encre noire : n° VIII et sur le châssis.
43,5 x 52 cm

La Section d’Or
1920 nous apparaît comme un temps d’arrêt et même, par certains cotés, comme une cassure : Buchet sort désemparé de son aventure Dadaïste…
… Dans ce contexte, les encouragements d’Archipenko arrivent au moment le plus salutaire.

En exposant, à l’enseigne de la Section d’Or, Buchet se reprend en main et trouve une nouvelle raison de peindre. Fondée par Archipenko, Gleizes et Survage, et réunissant Braque, Léger, Marcoussis, Villon, la Section d’Or veut, d’une part, dresser un bilan de l’art au sortir de la guerre, et, d’autre part, « ressusciter » (terme de Gleizes) l’esprit d’avant-garde d’avant 1914. En dépit de son accueil « à tous les jeunes talents », elle écarte néanmoins deux tendances dissidentes de l’esprit du cubisme : celle de Dada et celle, jugée trop classicisante, de Picasso ou de Severini. Aussi comprend-on mieux sa jonction avec le néo-plasticisme hollandais de Mondrian et Van Doesburg.

Pour Buchet, en 1920, il ne s’agit pas de renouer avec le cubisme, qu’il n’a d’ailleurs jamais pratiqué, mais bien « d’acquérir le sens de la mesure ». …

Ainsi entre 1920 et 1924, Buchet peint très peu de toiles. Celles que nous connaissons montrent deux directions distinctes. La première nous révèle que l’artiste, quelque peu « désécurisé », cherche à renouer avec les belles années de 1917-19, (voir : Pont et remorqueur, 1921, le chapeau à plumes 1922) la seconde fait preuve de plus d’audace (voir : Composition en mouvement, 1920, transparences 1921, L’avion)….

Le purisme
… On devine alors ce qui, dans le purisme, va plaire à Buchet : l’ordre… et ce qui va lui déplaire : la rigidité théorique. Car fidèle à lui-même, il ne veut en aucune façon bannir de son art l’émotion, et s’en explique : ma peinture est « une surface animée par ma joie et par mon émotion ».

Son originalité résidera dans cette interaction dynamique entre l’ordre et l’émotion, entre la construction sévère en plans rectilignes et le chant lyrique de formes arrondies – évocation de la femme ou simple élément plastique -, entre l’intellectuel et le sensuel, étrange équilibre qui, dans le caractère de Buchet, permettait à l’homme d’être à la fois mystique et bon vivant, à la fois raisonnable et passionné.

En 1926, une exposition chez Colette Weil, galerie Mantelet, rencontre un réel succès ; un contrat est signé… mais rompu quelques mois plus tard, faute de ventes. Mais rien ne saurait altérer son besoin frénétique de créer : en l’espace de quatre ans (1925-1928), Buchet va peindre près de cinquante huiles sur toile, certaines de grand format, sans compter plusieurs centaines de gouaches et dessins exécutés souvent pour une maison de couture fondée par Lise Darcy…
« Gustave Buchet » exposition : Lausanne, Musée Cantonal des Beaux-Arts, avril-mai 1978 ; Aarau, Aargauer Kunsthaus, juin-juillet 1978 ; Paris, Fondation Le Corbusier, octobre-novembre 1978.

____________________________________________________________________________________________________________________

taintedsong.com taintedsong.com taintedsong.com