Roberto Perazzone et Étienne-Irénée Brun

Experts
Tableaux - Dessins - Sculptures
Moderne et Contemporain

vente Daguerre: succession d’une collectionneur au profit de l’Institut Pasteur, Hôtel Drouot le 25 septembre,

Alberto SAVINIO (1891-1952)
Machine pour féconder les arbres, 1929
Huile sur toile signée et datée vers le bas à gauche.
81 x 65 cm

Provenance :
- Collection Jeanne Castel, Paris
- Collection particulière, Paris

Bibliographie :
- Fagiolo dell’Arco, 1980, p. 221
- Vivarelli, catalogo Verona, 1990-1991, p. 154

- « Alberto Savinio, catalogo generale », Pia Vivarelli, Electa, Milano, 1996 reproduit et décrit p. 65, n° 1929 7

« Le séjour parisien :
Lors de la première exposition Savinio, inaugurée le 20 octobre 1927, à la Galerie Jacques Bernheim à Paris, pas moins de vingt-six peintures et un nombre indéterminé de dessins sont présentés… L’accueil de la première exposition Savinio est favorable. Il faut cependant attendre 1929 - année de travail intense, avec pas moins de soixante-six tableaux, presque tous datés par l’artiste - pour retrouver des œuvres de Savinio exposées dans la collection personnelle de Paul Guillaume, dans des expositions collectives d’artistes autour de Léonce Rosenberg, à la galerie l’Effort Moderne, et dans des expositions de peintres italiens, à la galerie Zak et à la galerie Bonaparte…..
Enfin, il n’existe aucune preuve documentaire d’une exposition personnelle, également en 1929, à la galerie Jeanne Castel, qui est indiquée par plusieurs sources : une fiche d’information, datée du 15 décembre 1932, rédigée par Savinio lui-même et envoyée à la Biennale de Venise (Venise A.S.A.C.) et dans la notice biographique incluse dans l’essai de Costantini de 1934. Bien qu’il soit très probable que la galeriste avec laquelle l’artiste avait un contrat d’exclusivité ait organisé une exposition personnelle de ses peintures, aucune trace n’en a été trouvée dans les revues d’art de l’époque, que ce soit à la date de 1929 ou ultérieurement …. ». Alberto Savinio, catalogo generale, Pia Vivarelli, Electa, Milano, 1996

« À partir de 1928, la tension narrative pour un monde complexe et primordial et, selon le principe héraclitéen, en devenir continu, se précise chez Savinio. Dans la riche iconographie de sa production parisienne, caractérisée par une imagerie polymorphe et des apparitions changeantes et fantastiques, le thème des jouets apparaît en 1927-1928. Le cycle est diversement traité dans les années 1930 et au-delà comme une accumulation d’objets abandonnés dans la forêt, ou sur la plage, un monument pyramidal à la stabilité douteuse, assemblé sur des rochers et des plates-formes, un monument funéraire, un précieux butin de pirates abandonné en mer, une machine universelle ou une machine à fertiliser les arbres. » Alberto Savinio, la Comedia dell’Arte, Milano Palazzo Reale, 2011, Nicoletta Cardano, Alberto Savinio : la commedia dell’arte

« Jeanne Castel, secrétaire du directeur de la galerie Paul Guillaume et elle-même marchande d’art, fut l’une des premières marchandes d’art à Paris à s’intéresser à la peinture de Savinio. Elle et Savinio conclurent un contrat à la fin de l’année 1927, ce qui est documenté dans une lettre que Savinio écrivit à Lionello Fiumi le 5 novembre de la même année (publiée dans « Realtà », novembre-décembre 1954) ». Alberto Savinio, paintings and drawings, 1925-1952., Accademia Italiana delle Arti e dellle Arti Applicate, London, 1992

________________________________________________________________________________________________________________

Frantisek KUPKA (1871-1957)
Cependant le mouvement ne doit pas être si difficile… pour un artiste
Encre, gouache et crayon signé à gauche et titré en bas au milieu.
36,5 x 27 cm
Œuvre publiée dans La Vie en rose du 30 novembre 1902 avec une autre légende : « Ceci tue cela / — Qu’attends-tu donc pour travailler ? Tu connais cependant ton sujet à fond ! »
La page de journal est reproduite dans le catalogue de l’exposition Orbis Pictus Františka Kupky à la galerie
Západočeská de Pilsen en 2014, p. 66, n°110.

Un certificat de Monsieur Pierre Brullé sera remis à l”acquéreur

________________________________________________________________________________________________________________

Pierre MOLINIER (1900-1976)
Femme à la mantille, 1949
Huile sur carton, signé, titré et daté au dos.
73 x 59,5 cm

Bibliographie :
- Pierre Molinier, Jean-Luc Mercié, Les Presses du réel - Kamel Mennour : sur une photo reproduite en page
28 La mort du Conventionnel, La femme à la mantille se trouve accrochée au-dessus de la chaise ; Pierre Molinier
- une rétrospective Jean-Luc Mercié - Kamel Mennour, sur une photo reproduite en page 24 Autoportrait en suicidé, La femme à la mantille se trouve accrochée au-dessus de la chaise

________________________________________________________________________________________________________________

Émile COHL (1857-1938)
Frères, il nous faut rire! Jules Lévy le père des incohérents dessiné incohérentement par Emile Cohl
Encre de Chine sur papier doublé sur carton signée
en bas à gauche, titrée au centre.
36,5 x 25 cm
Bibliographie :
- Juan Gris, dessinateur de presse à Montmartre, Pierre Bacholet, Editions Louise Leiris, reproduit et décrit en page 495 avec le texte suivant : Dessin d’Emile Cohl, l’ami d’André Gil, et l’un des créateurs du dessin d’animation, paru dans Le Courrier français n°39, 12 mars 1885.
Reproduit dans le Courrier français du 12 mars 1885 qui « devint au début de sa publication l’organe des Incohérents, un groupe d’artiste qui voulaient pousser jusqu’à l’absurde certaines audaces graphiques, qui ne sont pas sans annoncer le cubisme…La revue avait ses bureaux dans le quartier de la presse au 25, rue de Richelieu, dans l’immeuble voisin du Cri de Paris. Toute une foule d’artistes se succédèrent au Courrier
français parmi lesquels Willette, Forain, Félicien Rops, Louis Legrand, Hermann-Paul, Emile Cohl, Uzès, Toulouse-Lautrec, Henri Pille, Ferdinand Lunel, Steinlen, Félix Vallotton, Jacques Villon, Marcel Duchamp et Juan Gris.» Pierre Bacholet, op. cit.
________________________________________________________________________________________________________________

Jacques MONORY (1924-2018)
Sans titre, 1955
Huile sur toile signée en bas à droite, contresignée et datée au dos.
116 x 89 cm
Bibliographie :
- “Monory” , Pierre Tilman, Éditions Frédéric Loeb, Paris, 1992, reproduit en page 304, n° 27, décrit en page 282 avec des dimensions différentes 130 x 97 cm

_______________________________________________________________________________________________________________

Alexandre IACOVLEFF (1887-1938)
Femme arabe Ouled-Gopo (Fort-Lamy)
Pastel sur papier collé sur carton. Signé en latin, localisé et titré en bas à droite A Iacovleff
Fort Lamy Femme arabe Ouled Gopo.
Au verso, étiquette manuscrite à l’encre noire Mr Raynaud 52 av de Saxe 125 bis.
65,8 x 49,7 cm
Lors de la Croisière Noire, les rives du lac Tchad deviennent impraticables à la suite de fortes inondations. Les explorateurs contournent le grand lac jusqu’à la capitale Fort-Lamy où l’expédition s’arrête quelques jours pour réviser les autochenilles et fêter Noël.
À cette étape, Alexandre Iacovleff ne consacre pas moins de douze portraits aux habitants de Fort-Lamy. Les femmes ont une grâce particulière, « avec leur haute taille, leurs muscles longs, leur démarche alanguie et leurs yeux en amande » (G.M. Haardt, L. Audouin-Dubreuil. La Croisière Noire, Editions Plon, 1927).
Ici, le grand pagne bleu, savamment noué sur l’épaule, souligne l’élégance et l’allure de cette belle femme Ouled-Gopo au fin visage.
Ce magnifique portrait a été présenté en numéro 125 (comme l’atteste le numéro au verso de l’œuvre) sous le nom Femme arabe Ouled-Gopo (Fort-Lamy) du catalogue de l’exposition Alexandre
Iacovleff, Peintre attaché à l’expédition Citroën Centre Afrique, Dessins et Peintures du 7 au 23 mai 1926 en l’hôtel de Jean Charpentier.
________________________________________________________________________________________________________________

Renato GUTTUSO (1912-1987)
Tetti a Bagheria, 1960
Huile sur toile signée en bas à gauche, contresignée et datée au dos.
73 x 60 cm

Bibliographie :
Enrico Crispolti: ” Catalogo ragionato generale dei dipinti di Renato Guttuso”, Giorgio Mondadori, décrit et reproduit sous le n° 60/15, p.179.
________________________________________________________________________________________________________________

Constantin SOMOV (1869-1939)
Coiffeuse devant une fenêtre
Pastel signé et daté 4 janvier 29 en bas à droite.
30,5 x 22 cm à vue

________________________________________________________________________________________________________________

Mela MUTER (1876-1967) attribué à
Nature morte sur une table
Huile sur toile.
Rentoilage, restaurations.
78 x 100 cm
________________________________________________________________________________________________________________

Orhon MÜBIN (1924-1981)
Composition, 1958-59
Huile sur toile signée et datée en bas à droite.
89,5 x 146 cm

________________________________________________________________________________________________________________

Martin BARRÉ (1924-1993)
Composition, 1956
Huile sur toile monogrammée et datée en bas à gauche, signée et datée au dos.
Deux tampons de la galerie Arnaud, rue du Four, Paris sur le châssis.
Petites restaurations sur les bords.
12 x 18 cm

Nous remercions Madame Michèle Barré de nous avoir confirmé l’authenticité de cette oeuvre.

________________________________________________________________________________________________________________

Alain JACQUET (1939- 2008)
Composition, septembre 1960
Gouache signée et datée en bas à droite.
Déchirure, papier insolé, manque au papier.
90 x 56 cm
Nous remercions le Alain Jacquet Comity de nous avoir confirmé l’authenticité de cette œuvre.
________________________________________________________________________________________________________________

Arpad SZENES (1897-1985)
Sans titre, 1978
Huile sur papier marouflé sur toile signée en bas à
droite. Petits accidents et manques.
28,5 x 38 cm
Bibliographie :
Arpad Szenes, catalogue raisonné des dessins et des peintures, Tome II, Calzetta-Jaeger, Skira,
reproduit et décrit en p. 657, n° AS78- 019.

_______________________________________________________________________________________________________________

Yannis GAITIS (1923-1984)
Composition
Huile sur toile signée en bas à droite.
Craquelures.
92 x 65 cm
________________________________________________________________________________________________________________

Fernand LEGER (1881-1955)
La Sainte-Baume Pôle de la Paix, 1948 (4ème de couverture du livre « la Basilique universelle de la paix et du pardon » de Louis Montalte, 1948
Gouache monogrammée et datée en bas à droite.
29 x 24 cm
Nous remercions le comité Léger de nous avoir confirmé l’authenticité de cette œuvre, un certificat pourra être remis à la charge de l’acquéreur.

________________________________________________________________________________________________________________

Comments are closed.